Sans titre 5

Objectif de l’association

Développer des lieux pour l’enfant privé d’un parent
Le quotidien d’un enfant séparé (privé) d’un parent, c’est la construction de l’abandonne celui-ci résulte de l’absence de l’autre parent qui en réalité personne connais la cause ni personne cherche à comprendre la fugue de ce parent. En effet en France, il n’y a pas d’institution qui aide à ses familles à construire des liens dans ce contexte. Existe la médiation familiale qui permet aux parents de parler mais à mon expérience sur le terrain quand il y a la fugue d’un parent ou le refus de parler la seule option qui se présente aujourd’hui, c’est la procédure mais qu’il ne marchera pas car il faut rechercher l’autre parent.
La preuve c’est qu’on tient à dire qu’il faut éduquer les parents alors que l’enfant est roi ! L’enfant roi qui sera séparé de sa famille après la séparation de ses parents. Ce phénomène roi est une question d’organisation et planification d’un enfant alors que le divorce et la séparation est un autre phénomène. Mettre au monde des enfants désirés dans ce contexte de toute puissance c’est lui donner comme valeur l’amour d’un père et d’une mère alors qu’en réalité l’enfant va grandir avec un. D’autre part, planifier des enfants est remettre en question les difficultés pour établir des liens parent-enfant, le déni de grossesse, l’accouchement sous X et la procréation biologique. Pour les adolescents, c’est une grande souffrance de ne pas parler de sa famille même s’il ne parle pas tout le temps mais au moins savoir qu’’ils sont toujours là… qu’est-ce qu’ils font... A cette situation complexe, le parent « dit responsable » fait un choix de vie qui est le plus suivant laisser à l’enfant formuler la demande. Je dirais une façon pour le parent responsable de s’intégrer dans la société et parallèlement de justifier l’impuissance d’agir, ce-dernier restant inconsciente car la plus valorisante est de s’intégrer socialement.
Notre action est autour du pourquoi l’enfant ne parle pas, ne formule pas sa demande de rencontrer son parent absent... ? Alors qu’un enfant sur trois à Paris est un enfant suit d’une séparation. Les sujets sont diverses car il y a la difficulté du secteur, par ex : un enfant du 5èmearrondissement, un quartier où la famille monoparentale a des revenus convenable, va demander plus facilement une résidente alternée vu que tous ses camarades sont organisés dans cette dynamique, alors qu’un enfant du 13ème, un quartier où les familles monoparentales ont des revenus modestes, l’enfant que certainement à ressentit la précarité, il va choisir le silence et faire sa propre quête d’identité en silence. Aussi, il y a la protection de lien social illégal, par ex. un enfant non reconnu par son père qui est éduqué par un beau-père depuis sa naissance et que celui-ci se sépare de sa mère à l’âge de 12 ans, l’enfant reste sans autorité parentale car ce beau-père, certes à établi un liens social « illégale » car les liens social légal depuis 2006, c’est l’adoption ou la reconnaissance par notaire… c’est beau père a le droit de partir sans aucune obligation sur l’enfant et depuis 12 ans n’a pas protéger l’enfant pour établir la filiation légale... pour tant illégale des hommes vont toujours à l’état civil à reconnaître des enfants qui ne sont pas génétiquement leurs.
L’association Le droit de te Connaître milite à promulguer la filiation légale et l’autorité parentale enfin de participer au développement de l’enfant particulièrement dans les liens familiaux où il y a le déni, la dénégation, la fugue...Notre devoir autant qu’association pour la protection de l’enfance est de permettre le changement pour donner confiance aux familles séparés ou divorcés et pour effacer les préjugés sociaux par rapport au parent absent car celle-ci sanctionne et responsabilise le parent vers l’isolement et développe de secrets des familles.
Aussi, il faut ajouter que cette situation pour l’enfant favorise à la perte d’un repère important pour s’identifier comme future parent.
L’accompagnement à la (Co) parentalité est la base de notre action.
Le droit de te Connaître permet, grâce à ces activités :
  1. Permanences en Mairie
  2. Groupes de Paroles
  3. Ateliers thématiques
  4. Parole d’adolescents
  5. Pique-nique interfamilial
  6. Goûter de Noël
  7. Galette de Roi
  8. Rencontre Enfant-Parent
  9. Rencontre Interassociative
  10. Cinq jours de l'enfant parisien.
D’accueillir les adolescents, les familles monoparentales et recomposées à partir de l’écoute, établir une mesure
d’accompagnement qui s’adapte à la situation de la famille, proposer des rencontre collectives et orienter.
Elle a deux structures : une juridique dans la filiation légale et l’autorité parentale ; et une autre psychanalytique pour l’interprétation du sujet par rapport à ses pulsions et à sa culture. Notre théorie est autour de l’attachement de l’enfant à ses parents, nous pensons fort que l’enfant est la source de thérapies de ses parents alors nous souhaitons participer pour que l’enfant connaisse ses droits et puisse circuler librement entre sa famille dans un cadre juridique déclaré (quête devant le juge des affaires familiaux) et dans le respect de son développement pour son identité et son estime de soi car c’est lui seul à partir des outils que sa famille va lui fournir qu’il pourra codé son identité parmi celle-ci.
Retour à l'accueil